jeudi 25 mai 2017

3313

Aussi con, le selfie, que le hara-kiri.


ceci n’est pas une moufle
c’est un caméléon
qui se camoufle


L’hirondelle se rattrapa et se changea en faucon.

mercredi 24 mai 2017

3312

J’ai trop médit de Claude François, pensai-je en faisant l’acquisition pour 3 euros chez ce soldeur d’un coffret de cinq CD du chanteur, puis en accrochant les disques scintillants aux branches chargées de fruits de mon cerisier, ce n’est finalement pas si nul.


Et cependant, je m’en veux.


Car je pouvais certainement n’acheter qu’un seul de ces disques et le diffuser en boucle au pied de l’arbre, ce qui aurait dissuadé plus efficacement encore le merle siffleur et le mélodieux loriot de becqueter mes cerises, tout en ne déboursant pour cela que 50 centimes !


mardi 23 mai 2017

3311

Il y a longtemps que je me serais fait poser un piercing génital si je ne craignais d’abîmer mes slips.


Hé oui !


Vous voulez un nougat ?

lundi 22 mai 2017

3310

Je froisse furieusement une feuille encore. Ma corbeille déborde. Je n’y arrive plus… Comment fait-on déjà les bateaux en papier ?


J’ai rencontré la solitude chez des amis communs.


Brève averse. Au moment où Suzie coiffait sa capuche, je retirai la mienne.



[Amis de Suisse, je serai samedi prochain aux Journées littéraires de Soleure pour un entretien avec Geneviève Bridel.]

dimanche 21 mai 2017

3309

Il se présente en même temps que moi au bureau du festival. Or j’ai consacré il y a quelques mois une critique féroce à son dernier livre. Il m’en veut, bien sûr, il m’accable de reproches et, au bout de sa diatribe, il lâche : – Et d’ailleurs, vous avez démoli Modiano et deux jours après il avait le Nobel !
Alors m’apparaît la vraie raison de son ressentiment.
– Ah oui, je suis désolé, ça ne marche pas à tous les coups…


Les fesses ne lisent pas. Comment les séduire ?


De fureur, Rafael Nadal brisa sa raquette contre le filet du poteau. Il avait beau varier ses coups, viser les lignes, appuyer ses frappes, ce chien ramenait toutes ses balles.

samedi 20 mai 2017

3308

Le Centre hospitalier de Dijon est sis sur une éminence. Tu y entres essoufflé. À la sortie, ta foulée est alerte, elle t’emporte, tu cours, tu dévales, tu es guéri ! Ces médecins sont des as, de fins stratèges en tout cas.


Cette gloire posthume lui pèse. Il va prendre un peu de recul.


Ayant pourtant éprouvé lui-même avec soulagement le moindre effort que réclame la brouette, l’homme continua à atteler l’âne, le bœuf et le cheval devant la charrue et la charrette. Si ce n’est pas de la cruauté pure…

vendredi 19 mai 2017

3307

Hisse-toi sur des crânes, sur de vieux chef branlants, tu danseras joyeusement sans avoir à fournir d’efforts.

La pie n’est que l’ombre d’elle-même.

Sur la ligne de l’horizon, lirons-nous un jour autre chose que chameau, chameau et encore chameau !?


[Le deuxième numéro de Mon Lapin Quotidien est sorti le 12 mai, toujours aussi original et excitant. Avec une pleine page d’extraits de L’Autofictif illustrée par la fine fleur des dessinateurs, François Ayroles, Nicolas  de Crécy, Killoffer, Duhoo, Frédéric Rébéna, Stéphane Trapier, Dorothée de Monfreid, José Parrondo, Muzo, Jochen Gerner, Joëlle Jolivet, Andréas Kündig, Muzo, Vincent Pianina, Gabriel Rebufello, Rocco, Stanislas, Fabio Viscogliosi et Morvandiau. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés ! Certains des auteurs et dessinateurs du journal seront samedi au Monte-en-l’air]