samedi 31 décembre 2016

3168

Ou bien nous ne nous coupons pas les ongles et nous risquons fort de le crever en l’extrayant, ou bien nous les limons en effet, mais impossible alors de sortir un œil puis l’autre de leurs orbites pour jouer aux billes avec. Ah, comme souvent dans la vie, il va falloir choisir.


– Tu es perdu, toi aussi ? demandèrent au Petit Poucet, consterné, Hansel et Gretel, repus, au bout de son chemin de miettes.


Un corbeau de plus et ce serait la nuit.

vendredi 30 décembre 2016

3167

Le porcelet la tète. La laine l’absorbe. Puis elle éclaircit encore mon café ?


Le prurit du scrotum n’est pas une affection très grave. Tu te grattes et il n’y paraît plus.


(La goutte de lait de la porcelaine)

jeudi 29 décembre 2016

3166

Il y a toujours un convive pour lever doctement l’index et expliquer à la tablée la différence entre végétarien, végétalien et vegan pendant que les autres, prenant l’air intéressé, finissent la poularde.


J’échangerais volontiers avec le gorille une franche poignée de mains.


Il y avait un talus herbu et, cette fois, curieusement, je n’ai pas eu envie de me rouler dessus. Alors je me suis couché dessous.

mercredi 28 décembre 2016

3165

Parfois donc, la vie choisit plutôt l’option, le tour et la forme du calamar géant.


Je n’apprends rien dans mon miroir que celui-ci ne sache déjà.


Son suicide n’est pas vraiment une surprise. C’était un bébé qui pleurait beaucoup.


mardi 27 décembre 2016

3164

Bien sûr, je préférerais que les éoliennes produisent notre électricité plutôt que les centrales nucléaires. Cependant, il est permis d’être sceptique si l’on considère le volume de farine qu’elles nous ont donné depuis qu’elles remplacent les moulins.


Toutes les bêtes sont encore farouchement préhistoriques.


(Ni le céleri rémoulade ne pourra prétendre être un chou à la crème tant que la pièce montée sera ce wasserfall.)

lundi 26 décembre 2016

3163

C’est toujours une joie et un grand soulagement de le voir raturer ses pages, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’un cochon boueux aurait plus vite fait d’amender son manuscrit.


J’ai fait du latin il y a longtemps moi aussi.


Une fois au moins s’asseoir sur le piano et plaquer des accords sur le tabouret. Et si nous étions agréablement surpris ? Et si nous nous trompions depuis le début ?

dimanche 25 décembre 2016

3162

Je lui avais demandé pour Noël Les Pays crétacés Basco-cantabriques, de Pierre Rat, que je me promettais depuis longtemps de lire. Mais, ne l’ayant pas trouvé, elle m’a offert à la place Les Kosmocératidés du Callovien inférieur et moyen d’Europe occidentale, de Henri Tintant. Je vous laisse imaginer ma déception.


Si seulement le vin bouchonné l’était assez pour ne pas sortir de la bouteille.


La vraie boule de Noël à la branche du sapin est modelée dans la graisse, piquetée de graines, et nourrit la frileuse et famélique mésange.


samedi 24 décembre 2016

3161

Ayant imposé leur langue au monde, les Anglais coupèrent les ponts avec le continent, les Américains s’isolèrent derrière un mur infranchissable. Je les soupçonne de s’adonner entre eux, dans leur abri clos, aux joies supérieures de la conversation française.


L’existence du cyclope est prouvée par le trou de la serrure.


Ouvrir la bouche pour parler de soi est déjà un pléonasme.

vendredi 23 décembre 2016

3160

Et semblable au patient rapace qui décrit longuement des cercles dans le ciel, assuré de sa prise, pour laisser croître sa faim comme un désir, je fonds tout à coup sur mon ombre.


Tu croyais en avoir fini, et puis non, les fabricants de papier refusent d’arrêter leurs machines.


Mais le héron cendré se croit plutôt devenu flamme.

jeudi 22 décembre 2016

3159

Les pratiques changent, on a beau dire. Et de plus en plus de gens qui ne lisaient pas de livres se sont mis à ne pas lire sur tablette.


brouillard sur Paris
encore une planque
pour le mont Fuji


C’est une baguette magique dotée des applications les plus prodigieuses – et pourtant la petite fée est bossue.



[Prochaine lecture de mes textes par Christophe Brault à la Maison de la poésie le 28 janvier.]


mercredi 21 décembre 2016

3158


Tout bagage oublié à bord pourra être considéré comme suspect, récite le contrôleur comme notre train entre en gare, ce qui signifie exactement : tout bagage oublié sera suspecté d’être suspect. On dirait bien que plus il y a de suspicion moins il y a de méfiance.


Quoi de plus égoïste que la souffrance ?


Il y a des braves et ce n’est certes pas un caillou dans mon soulier qui m’empêchera d’avancer vaillamment dans l’écriture de mon roman.

mardi 20 décembre 2016

3157

Il me semble avoir réussi jusqu’à présent, au prix d’un effort de maîtrise et d’une application de chaque instant, à passer pour un type normal, mais voilà que la balançoire soudain s’enfuit avec les pastilles dans le ciel mauve des conflagrations thoraciques tandis que s’extraient les moelles des hases par les plomberies dévoyées de mes abysses et que les gens du coup me regardent bizarrement.


Les genoux gravissent l’escalier les mains dans les poches.


(Mais la plupart des accidents domestiques mortels se produisent dans la pièce à vivre.)

lundi 19 décembre 2016

3156

Le terroriste sous sa cagoule n’a pourtant que cette tête-là.


Nous avons eu de la chance. La crue a éteint l’incendie, puis la lave asséché l’inondation. Nous attendons l’ennemi qui déblayera les blocs en entrant dans la ville.


Après cette longue histoire, il faut bien du courage à l’homme pour vivre encore.

dimanche 18 décembre 2016

3155

L’homme cultivé a ses modèles dans le passé ; pour réussir sa vie, il va s’efforcer de ressembler lui-même le plus possible à ces grandes figures, ce qui va inéluctablement le couper de plus en plus de son époque et des formes nouvelles que les destins de ses contemporains épousent. L’incompréhension et le mépris seront réciproques. Des violences ne sont pas à exclure.


automne
le haïku
tourbillonne


(Quant au point G, le sot-l’y-laisse.)


samedi 17 décembre 2016

3154

Je comprends tout de suite que cette vieille dame confuse assise à côté de moi dans le train ne va pas cesser de farfouiller dans ses sacs et que je vais passer quatre heures dans les bruits de papier et de plastique froissés. Il faut fermer les yeux. Imaginer que c’est la mer.


L’ombre du cheval immobile tremble d’impatience dans les herbes.


(puis finalement tout de même changer de place)

vendredi 16 décembre 2016

3153

Ma chérie, si tu n’avales pas le caillou, ces rides resteront sur ton visage.


– Réglons d’abord la question de l’œuf et de la poule, il sera toujours temps ensuite de nous interroger sur notre propre origine, suggère le pélican. La tourterelle opine.


Le rêve qu’il était en vie troubla quelques instants son dernier sommeil.

jeudi 15 décembre 2016

3152

Tous ceux qui prétendent que plus rien de bon ne s’écrit aujourd’hui sont, dans le meilleur des cas, des paresseux, plus souvent des mauviettes qui ne se risquent pas à pratiquer eux-mêmes l’écrémage de la production courante par manque d’audace et de sagacité. Il est certes plus facile de s’attarder dans la bibliothèque avec les grands élus et de ne rien aimer que la postérité n’ait déjà consacré.


Les questions sont écrites sur des feuilles persistantes, les réponses sur des feuilles caduques.


C’est bon, on a compris que tu étais mort. Tu peux arrêter maintenant.

mercredi 14 décembre 2016

3151

Du plus fameux poème en vers libres, Zone, le seul vers que notre mémoire rabâche est encore un alexandrin inavoué : À la fin tu es las de ce monde ancien.


Il est mort sur scène comme il l’avait toujours souhaité, à l’instant même où le rideau est tombé (avec la tringle).


Suis-je le seul à avoir remarqué que le ciel a disparu ?


mardi 13 décembre 2016

3150

T’es où ?... t’es où ?... t’es où ?... le téléphone portable nous aura au moins confirmé une chose : tous les hommes sont perdus.


Cette fois l’échafaudage était solide : la vague est restée debout.


Tiens ? Il y a longtemps que je n’ai pas vu dans le quartier cette très vieille femme incroyablement maigre et boiteuse qui toussait tout le temps. Qu’a-t-elle bien pu devenir ?

lundi 12 décembre 2016

3149

L’espèce est menacée : je vais mourir.


seul rescapé
Robinson
Noé


Les yeux de la Joconde ne nous quittent pas parce que celle-ci regarde le centre du monde où chacun en permanence se trouve.


dimanche 11 décembre 2016

3148

Le hamac, voilà comment je conçois l’accrobranche.


On ne retrouverait pas tout ce plastique indigeste et nocif dans l’estomac des requins si les surfeurs faisaient eux-mêmes la planche.


Nous pouvons dire adieu à la laitue. Le saladier s’est renversé sur une tortue.

samedi 10 décembre 2016

3147

Au terme d’une vie de piété, de charité et de don de soi, le vrai saint aura à cœur de commettre les sept péchés capitaux afin de bien montrer à Dieu qu’il n’a pas mené cette existence exemplaire dans le but intéressé de sauver son âme.


Et pourtant elle ne mange que du plancton.


C’est en effet dans les souples chaussures d’Usain Bolt que le vieil impotent parvient encore à parcourir cent mètres.

vendredi 9 décembre 2016

3146

Aujourd’hui inévitablement un promeneur va faire une macabre découverte. Je n’ose quitter la maison. Et si c’était moi ? Et serai-je alors le promeneur ou le cadavre ?


De quoi le chauve est-il l’entame ?


À quoi ressemblerait le monde pourtant si le poète avait le fin mot ?

jeudi 8 décembre 2016

3145

Vraiment la pluie n’a pas besoin de tomber de si haut si c’est pour nous mouiller les cheveux.


dans l’église
c’est toux
ou rien


J’ai toute confiance en ce cornac. Il suffit de voir sa collection de porcelaines.

mercredi 7 décembre 2016

3144

La mortalité infantile est une chose terrible, mais fatale : les enfants qui ont survécu aux maladies et aux accidents meurent de vieillesse.


dix doigts
et une cigarette
rougeoient


Je suis en train de rassembler les parrainages pour la primaire qui va m’opposer à Alexandre Jardin en vue de l’élection présidentielle. Grande fierté : les maires de Yonville, Balbec et Combray m’ont promis leurs signatures.


mardi 6 décembre 2016

3143

La coiffeuse ne cesse de me recommander de ne pas bouger, puis elle finit par immobiliser mon crâne avec trois doigts de sa main gauche tout en maniant ses ciseaux de l’autre ; et soudain alors, je comprends ma méprise : elle est en train de sculpter ma tête dans le marbre.


Je crus avoir retrouvé mon calme, sur toutes choses étendu comme une neige douce, c’était encore ma colère – froide.


(Se peut-il pourtant que le monde soit encore plus absurde sans Gotlib ?)

lundi 5 décembre 2016

3142

Mes amis, l’heure est grave. Il est des moments où le sens du devoir exige de nous des sacrifices. J’ai donc pris la décision d’être candidat à l’élection présidentielle. Pas de gaieté de cœur, car j’ai mieux à faire.


Mais je ne peux laisser Alexandre Jardin diriger ce pays.


Je réclame l’organisation d’une primaire pour permettre aux Français de choisir entre lui et moi.


dimanche 4 décembre 2016

3141

Ces paysages en effet n’ont pu être imaginés par un Dieu bon et munificent. Le peintre du dimanche est un athée militant.


la méduse
se regarde
à la loupe


Je garde entre tous le souvenir d’un petit pois particulièrement délicieux.

samedi 3 décembre 2016

3140

Comment plagier un roman de plage ? En traçant sur le sable un cœur avec le pied.


En détournant habilement notre attention, il est parvenu à nous cacher sa calvitie pendant des années.


(Et merde ! j’ai encore oublié d’éteindre sous le volcan.)

vendredi 2 décembre 2016

3139

Ma vanité a le crâne plus blanc et mieux formé que la tienne.


Voici la bouche fendue par le rire qui maintenant tourne et se retourne dans la plaie.


Puni à 15 ans, il mourut à 80, ayant fait ses lignes.

jeudi 1 décembre 2016

3138

– Mais si, docteur, j’ai bien coupé le cordon. Seulement, vous savez ce que c’est, les sensations persistantes des membres fantômes…


Ce point microscopique à l’horizon. Je pourrai dire que j’ai vu une baleine.


Mais l’œuf mollet gravit-il ou dévale-t-il la pente ?

mercredi 30 novembre 2016

3137

Nous la surplombons toujours. Mais la fourmi est évidemment beaucoup plus grosse qu’elle ne le paraît vue d’avion.


Professeur à l’Université de Lincoln et traducteur de nombreux écrivains français, l’excellent Jordan Stump m’écrit, à propos de Trump : Je compte beaucoup sur l’incompétence de ce crétin pour nous protéger des ravages qu’il nous a promis.


Ainsi nommée, la crevette, parce qu’elle voit la mort en rose.

mardi 29 novembre 2016

3136

Adolescente, elle enfile ses collants noirs et, ma foi, en effet, quand elle marche, cela lui fait la jambe fine et bien tournée d’une pimpante jeune dame. Seulement, dès qu’elle s’assoit, allez comprendre pourquoi, revoilà ses deux cuisses un peu nigaudes de brave petite gosse.


MOI – Elle vit seule, tu sais, son mari est mort. Elle est donc… ?
AGATHE – Neuve.


Ce n’est pas Claudine qui se casserait le col du fémur.

lundi 28 novembre 2016

3135

Le kiwi enfouit lui aussi sa tête dans le sable. Mais, contrairement à l’autruche, il a une bonne raison de le faire. Il ne veut pas voir les All Blacks jouer avec son œuf.


Ne cherche plus dans ton jardin l’épais tapis de feuilles mortes. Ton enfant le voulait pour sa chambre.


– Écririez-vous encore sur l’île déserte ?
– Qu’est-ce que je fais d’autre ?


dimanche 27 novembre 2016

3134

C’est peu exiger, une cerise encore avant de mourir ou un dernier flocon. Dieu ne saurait te les refuser. Demande la première si ton souffle s’embarrasse en décembre. Et le second si tu te sens faiblir en juin.


l’étrille
indifféremment panse
ou pince


J’allais mettre le point final quand mon cheval s’est emballé.


samedi 26 novembre 2016

3133

lu dans la bouteille
portée par la houle
j’ai bu tout mon soûl

dans le coquillage
magie d’un autre âge
se tait le jet-ski

roule dans l’escalier
ampoule morte nuit noire
le gardien du phare

vendredi 25 novembre 2016

3132

C’était une sorte de gros interrupteur ou de bouton-poussoir, qui se trouvait là, au bout de la route. Il hésitait à appuyer dessus – pour voir, pour savoir.


Or comment résister ?


C’est pourquoi je ne suis plus là pour écrire ces mots ni vous pour les lire.

jeudi 24 novembre 2016

3131

En vue de la grande migration à venir, nous scrutons l’espace à la recherche d’une planète habitable, c’est-à-dire où ne manqueraient ni l’eau ni l’oxygène car, pour le feu, chacun se croit bien naïvement capable d’en faire.


Cause de tragiques malentendus et de criminels abus : la fesse semble toujours consentante.


La cigarette agressivement rongeait nos poumons, réduisait notre fertilité, bouchait nos artères. C’est dire s’il était temps d’inventer le paquet neutre.

mercredi 23 novembre 2016

3130

Comme nous nous promenions en forêt, mon chien disparut soudain dans un trou dissimulé par des feuilles mortes. En me penchant pour le secourir, je vis qu’il s’agissait de l’entrée d’une galerie, assez large pour livrer passage à un homme.


Je m’y engageai. Après une dizaine de mètres, je parvins dans une grotte souterraine qui recélait – je n’en crus pas mes yeux – tout ce qui n’avait pas encore été écrit.


Quel trésor ! On comprendra que je préfère pour l’heure en tenir la localisation secrète. Mais je la révèlerai un jour. On pourra visiter le site. Je me plais à penser qu’il portera mon nom.

mardi 22 novembre 2016

3129

Nous ne pouvons pas grand-chose contre la force des représentations. Longtemps le mal eut la tête blonde et les yeux bleu acier du nazi ; il s’incarna ensuite dans l’agent de l’Est à la mâchoire carrée, à l’imperméable mastic ; maintenant, c’est le djihadiste basané et barbu. L’ennui, évidemment, c’est que des tas d’excellents hommes ressemblent trait pour trait à ces caricatures.


Le soleil va-t-il s’éteindre, et le monde en conséquence périr pétrifié dans les glaces ? Ou va-t-il au contraire rayonner davantage et le chauffer à mort ? Pour nous, aucune différence, mais pour l’ours blanc et le fennec cette incertitude doit être bien pénible.


(Rien ne saurait arriver de bon un 22 novembre.)

lundi 21 novembre 2016

3128

C’est seulement vingt-cinq années après ses premiers écrits que Proust a entrepris La Recherche. Il fallait qu’il ait vécu, dira-t-on. Non. Il fallait que le temps fût passé.


La chaise ne parvient pas toujours à dompter le fougueux écrivain qui l’enfourche.


Mon ennemi s’introduisit chez moi par la porte restée ouverte. Il vit sur la table un grand couteau. Il le prit. Son fil était émoussé mais il avisa, au fond de la pièce, bien en évidence, une meule. Après quoi, il ne trouva plus rien à me reprocher.



[Il peut maintenant lire avec les amis, sur le site de Minuit, les premières pages de mon roman Ronce-Rose, puis pleurer de n’avoir pas la suite. Il faudra attendre le 3 janvier (au matin)]

dimanche 20 novembre 2016

3127

SUZIE – Je vais inventer des mots en anglais.


MOI – 6+3-2 = ?
SUZIE – 8 !
MOI – Hé non, 7.
SUZIE – … dans mon monde imaginaire, ça fait 8 !


SUZIE – Je le mange lentement, mon beignet, comme ça après j’en aurai encore.

samedi 19 novembre 2016

3126

Leurs prétendus cimetières relèvent de la légende. D’où croyez-vous donc que provient la poussière de la savane ? Les éléphants incinèrent leurs morts.


Heureusement que le fond du sac est percé ; on ne pourrait traîner tout ce passé.


Les animaux vivraient effectivement dans le meilleur des mondes si l’homme n’était pas là pour gâcher le paysage.

vendredi 18 novembre 2016

3125

Imaginez mon épouvante, ma panique, lorsque j’ai surpris ce matin mes filles de 6 et 8 ans devant l’ordinateur, se renseignant sur la marche à suivre pour se convertir à l’islam. En ces temps de propagande djihadiste, de recrutement sauvage ! Toute cette jeunesse en quête de repères et de valeurs qui se radicalise dans le dos des parents !


Et de fait, elles me firent part de leur décision sans appel de devenir musulmanes. Mais seulement, précisèrent-elles, dans le cas où Sarkozy serait élu président.


Double ration de frites !

jeudi 17 novembre 2016

3124

Certaines photographies se substituent à nos souvenirs, mais cela fait si longtemps parfois qu’elles nous sont connues et que notre mémoire les travaille qu’elles ne mentent plus. L’instant photographié a pu être figé, c’est donc l’image qui passera. Le temps ne se laisse rien voler.


maintenant qu’il n’y a plus de feuilles
on voit
que l’écureuil n’existe pas


Des pauses sont indispensables. On ne peut quand même pas vivre tout le temps.

mercredi 16 novembre 2016

3123

Du fait d’un concours de circonstances comme parfois il s’en trouve, voir soudain le cul d’une personne de notre connaissance est une expérience assez perturbante, comme si elle nous découvrait là un autre visage, une face cachée potentiellement hostile. Peu de fesses familières dans notre entourage.


Presqu’île, en effet – accrochée au continent par la seule apostrophe.


L’arbre qui te fournit le papier et le crayon sera absent de ton paysage. C’est pourquoi sans doute il donne aussi la gomme.


mardi 15 novembre 2016

3122

Tous ces bandits qui feignent la cécité ou un autre handicap pour nous soutirer une pièce, quelle honte ! Hier, dans le métro, un de ces simulateurs a interprété merveilleusement à l’accordéon Mon amant de Saint-Jean, Nini peau d’chien et quelques autres ritournelles mais, quand il a quitté la rame et s’est éloigné avec son instrument au bout du bras, il nous est apparu clairement qu’il ne savait pas en jouer !


Mammifère arboricole d’Amérique du sud, le paresseux est appelé ainsi parce qu’il s’endort sur sa branche au lieu de la scier.


dans cette glace au fond du café
le beau jeune garçon que je suis
semble guéri de sa myopie

lundi 14 novembre 2016

3121

Implants, prothèses, puces, organes artificiels… vite mourir avant qu’il ne soit trop tard !


elle resserre ses cercles
autour de la vache
quelle buse !


La fourmi peut porter jusqu’à cinquante fois sa croix.

dimanche 13 novembre 2016

3120

La plupart des peintres en bâtiment sont cubistes. Un seul impressionniste : le goéland.


il y a tant à faire
et le héron
reste planté là


SUZIE – Le cri du corbeau aussi est plus foncé que celui de la mouette.

samedi 12 novembre 2016

3119

C’est à toi que la vie est arrachée quand meurt un homme pareil.


Une route d’Auvergne, ses chansons qui donnent forme au songe.


L’intelligence, la beauté peuvent d’un coup déserter le monde. Du jour au lendemain, il n’y a plus Leonard Cohen. Il y a Trump.



[Alors on écoute çaet ça]

vendredi 11 novembre 2016

3118

Les nomades se sédentarisent – cela s’est vérifié partout. À l’exception toutefois du peuple des téléphoneurs qui, au contraire, se débranchant du domicile fixe, a pris la route : horde disloquée d’individus hagards qui ne commercent ni le sel ni la soie mais sèment à tous les vents leur parole inféconde.


Travailler pour se nourrir ? Laisse rassir le pain sur la planche, tu auras un sandwich de bois.


C’est bien joli, en effet, les arbres qui rougeoient. On applaudirait volontiers comme les autres ce feu d’artifice s’il ne durait toute une saison.

jeudi 10 novembre 2016

3117

Étrange impression que le monde vient d’être expulsé des États-Unis d’un grand coup de batte. Moi qui n’avais jamais rien compris aux règles du base-ball, soudainement tout s’éclaire.


SUZIE (plaintive) – Avec Agathe, on va jamais aux enterrements !


L’espérance de vie s’allonge dans un monde de jour en jour plus invivable.

mercredi 9 novembre 2016

3116

Tu prétends aimer le monde et tu te maries avec une moustiquaire.


En position assise, cuisses écartées au maximum – pas plus obscène que le canapé.


Cela l’effraierait sans doute. En tout cas, on ne voit jamais l’arbre seul dans la forêt.

mardi 8 novembre 2016

3115

La disparition progressive de la cigarette dans nos vies entraîne celles de l’allumette et du briquet. Bientôt, c’est le feu que nous n’aurons plus.


L’autofiction consiste à relater ses vacances pourries comme si elles avaient été formidables.


AGATHE – Quand on voit un truc drôle, ça rigole tout seul.


lundi 7 novembre 2016

3114

Dernières volontés. À l’organiste dont l’instrument est désaccordé, je fais don de mon orgue. À l’ânier dont la bête est chancelante, je fais don de mon âne.


Comme j’encourais en effet le reproche d’avoir extrait malhonnêtement ses phrases de leur contexte pour m’en moquer, j’en sortis loyalement toutes les autres aussi.


Les hirondelles sont parties – ça libère bien un peu de place pour les migrants, non ?

dimanche 6 novembre 2016

3113

C’est quand il parvint au terme de son ouvrage, un épais manuscrit de près de 800 pages, qu’il s’avisa qu’il avait étourdiment omis de retirer le capuchon de son stylo.


Il n’y a pas deux antilopes qui ont les mêmes taches de sang sur leur robe – c’est même l’une des caractéristiques les plus remarquables du guépard.


le revers de ta peau
délicate un drapeau
de pirate

samedi 5 novembre 2016

3112

Nous devrions nous sentir toujours concernés, telle est l’injonction morale aujourd’hui. Au prétexte que nous savons ce qui se passe partout, notre petite personne serait fait et cause du moindre événement. Ai-je le droit de dire pourtant que bien souvent ce monde ne m’intéresse pas ?


AGATHE (croisant un musicien d’orchestre) – Ce monsieur est habillé comme autrefois, en noir et blanc.


Sans indifférence, pas de différences.

vendredi 4 novembre 2016

3111

D’un naturel tourmenté, il épousa une femme particulièrement sereine. Elle rit d’abord de ses inquiétudes à tout propos puis il parvint à lui communiquer un peu de son anxiété.


À force elle partagea ses craintes, elle devient plus soucieuse. Lui, de son côté, gagnait en légèreté, délesté des tracas qu’elle prenait sur elle.


Il est désormais Maître zen tandis qu’elle tourne sans répit dans le jardin de l’asile en se rongeant les poignets.

jeudi 3 novembre 2016

3110

Déclaré en état de mort cérébrale, on le vit pourtant se relever et raconter qu’il avait longé un couloir jusqu’à une lumière blanche éblouissante sur laquelle se détachait une grande silhouette aux bras ouverts. L’état de mort cérébrale fut aussitôt confirmé.


la croquette en effet
sera la crotte
du roquet


Chaque femme dans la rue qui avance dirige sa goélette personnelle, son petit cheval bien à elle qui n’en porterait pas une autre.

mercredi 2 novembre 2016

3109

Le palais baroque et extravagant du facteur Cheval est couvert d’inscriptions vantardes (Cette merveille dont l’auteur peut être fier sera unique dans l’univers ; Ma pensée vivra avec ce rocher ; Travail d’un seul homme, etc.) qui font aussi de celui-ci le monument du naïf contentement de soi, de la vanité, de la hâblerie : telle est la forme réelle enfin visible de toute œuvre humaine non hypocritement contenue dans les limites de la bienséante modestie.


Les perturbations consécutives à la naissance de leurs deux fils les ont éloignés si bien que ces enfants sont désormais la seule raison pour laquelle ils restent ensemble.


En retard ? Aile un taxi !


mardi 1 novembre 2016

3108

SUZIE – Les vraies sorcières n’ont pas besoin de se déguiser pour Halloween !


– Ne regardez pas en bas si vous avez le vertige.
Je levai donc la tête et dirigeai mon regard vers les espaces infinis.


Toute cuisine traditionnelle s’apprécie mieux in situ, dans son cadre typique, ainsi le caviar de Méditerranée est-il meilleur dans la Venise provençale que n’importe quoi partout ailleurs, à l’exception peut-être de la poutargue à Martigues.


lundi 31 octobre 2016

3107

L’automne avance. Le Petit Beurre floconne dans la verveine. Quand ce n’est plus la limace, c’est l’omelette qui bave sur le champignon.


A ce qu’il paraît. Car pour moi : méli-mélo de petits joëls, beignets de crevette et de calamar.


(Mais frits dans une vieille huile immonde à tourner le cœur… s’il faut manger gras, je veux du genou de porc !)

dimanche 30 octobre 2016

3106

L’automne avance. Le platane et le marronnier flambent. Craquent tous les petits os de la feuille morte sous le lourd croquenot du passant emmitouflé. Paraît-il, car moi je me prélasse à demi-nu sous l’immarcescible pin parasol de la Côte Bleue.


Puis je vais me baigner.


J’oublie les tragédies lointaines.

samedi 29 octobre 2016

3105

Puis des voix s’élevèrent pour dénoncer l’exploitation du vent et des actions clandestines furent menées nuitamment pour abattre les éoliennes et lui rendre sa liberté.


– Tatoué ?
– Lettré.


Il avait gravé ses mots dans le marbre mais le temps a tout effacé hormis cette inscription : la date de sa mort.


vendredi 28 octobre 2016

3104

Gros lard mains sur les hanches sous le ciel nocturne renvoie ces milliards d’étoiles minuscules à leur insignifiance.


Six pieds sous terre, aveugles et velues, les petites taupes creusent leur labyrinthe. Ce sont les âmes des morts qui cherchent le chemin du ciel.


Alerte nonagénaire, Jean d’Ormesson survit déjà à sa Pléiade.

jeudi 27 octobre 2016

3103

Or le temps ne passerait peut-être pas s’il n’était urgent d’enfouir dans le passé et de précipiter dans l’oubli les turpitudes humaines.


La layette du bébé à naître empêche les fantômes de dormir.


SUZIE – Quand ma guitare s’est cognée, j’ai eu mal.

mercredi 26 octobre 2016

3102

Depuis que je suis au monde, on me répète que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années. Est-ce que le temps ne passe plus ? Est-ce que je suis si insignifiant que la durée de ma vie ne mérite pas d’être prise en compte ? Ou plutôt, comme je veux le croire, aurait-on découvert récemment l’os fossilisé d’un dinosaure mort cinquante ans après tous les autres ?


Dans la brousse, comment distinguer le lion d’un départ de feu ?


Les nuages arrivent, porteurs de conversations sur le temps qu’il fait.

mardi 25 octobre 2016

3101

Haïssable passager assis à quelques places de la mienne dans ce train, qui téléphone sans aucune gêne et débite ses niaiseries à tue-tête. Je voudrais qu’il crève, que son wagon déraille et s’écrase. Puis je me représente le tableau dans toute son horreur et aussitôt, levant au ciel des yeux suppliants, j’annule ma prière.


S’il n’était si furtif, le renard n’existerait pas du tout.


C’est une loi navrante dont il est difficile de dire si elle relève de la psychologie ou de la physique : dès qu’un homme s’élève il te pisse dessus.

lundi 24 octobre 2016

3100

Certes, mais si tu t’emploies à donner à tes enfants une enfance heureuse, ne seront-ils pas ensuite et pour le restant de leurs jours des désespérés nostalgiques pleurant la disparition des papillons et des poissons coralliens ?


Il ne serait certainement pas ce formidable harpiste s’il n’était un si piètre funambule.


La pudeur, tu parles, outrancièrement drapée et maquillée de sang.

dimanche 23 octobre 2016

3099

Me trouvant à Prague, je n’allais évidemment pas bouder le Kafka museum shop : pin’s, briquets, magnets, puzzles, T-shirts, coussins à l’effigie de l’écrivain. Bref, un eldorado pour l’amateur de littérature.


Je suis tout de même frappé par le très petit nombre d’unijambistes que l’on croise dans cette ville.


cent fois je plonge dans l’écume
de ma bière
le nez

samedi 22 octobre 2016

3098

Beaucoup trop de monde dans la ruelle d’Or.


Je n’aurais pas dû y aller.


Avec un touriste de moins l’endroit eût été déjà plus plaisant.


vendredi 21 octobre 2016

3097

On ne peut certes pas manger que cela, d’ailleurs après quatre jours ils viennent à manquer, mais c’est vraiment savoureux, le genou de porc.


Toi qui es épris de liberté, passe à l’est : on fume encore dans les bars tchèques.


Car bien sûr, j’ai traversé à pied sec la Vltava par le pont Charles mais, le fleuve de bière, je l’ai descendu en brasse coulée.

jeudi 20 octobre 2016

3096

Ça y est, j’ai pris mon billet d’écrivain voyageur.


dans une corbeille sous l’escalier
ronfle et pète le dromadaire
du sédentaire 


À chaque coin de rue, guère de surprises, tu sais sur qui tu vas tomber : Joyce à Dublin, Pessoa  à Lisbonne, Kafka à Prague.

mercredi 19 octobre 2016

3095

Le pavillon auriculaire est purement décoratif. Mais cette esthétique a bien vieilli, avouons-le. N’est-il pas navrant que l’évolution ne prenne pas en compte aussi les bouleversements culturels ?


Que le couvercle de l’instrument soit ouvert ou fermé, après tout quelle différence pour le pianiste aveugle ?


Mais je parle, je parle, comme si je n’étais pas attendu à Prague, moi…

mardi 18 octobre 2016

3094

C’est à se demander parfois si les objets immuables qui nous entourent, accrochés à nos murs ou posés sur nos étagères depuis des années, n’attendent pas là patiemment qu’on crève.


SUZIE – On joue au mikado ?
AGATHE – Non, tu vas tricher comme toujours.
SUZIE – Non, pas comme toujours ! C’est seulement le soir que je triche !


Il se vante d’avoir acheté sa maison pour une bouchée de pain, mais se garde bien de parler du lingot de beurre glissé sous la table.

lundi 17 octobre 2016

3093

Mais combien de fois faudra-t-il vous répéter que la rotation de l’obturateur de la pompe dépend de la tenue en pression des brides sur le bois autoclave que vous obtenez depuis un point d’ancrage temporaire en usant du cosse-cœur adapté au moyeu de roulement après l’avoir surélevé sur chandelles pour retirer les clips qui fixent les cylindres au flasque de frein ?!


Tout n’est pas si mauvais en l’homme. Il fait un meilleur cheval que la taupe. Il fait aussi une meilleure taupe que le cheval.


Agathe fait du piano, Suzie de la guitare. Il y a en a bien une des deux qui me décrochera un jour le prix Nobel de littérature.

dimanche 16 octobre 2016

3092

Qu’il ait un toit d’écailles d’ardoise ou de tuile, en tout cas le poisson est bien abrité de la pluie.


Tu marches tranquillement mais tes pieds font la course.


Est-ce du scepticisme ou un trouble de la fonction érectile ?

samedi 15 octobre 2016

3091

Sa honte n’a pas duré, mais un instant, sous mon regard, il m’a semblé que la rivière était un peu gênée d’être si prévisiblement une rivière.


Trop lente et lourde pour se hisser bien haut, la tortue, ce qui est regrettable puisque de récentes études ont prouvé qu’elle n’était pas sujette au vertige – sa claustrophobie est un suffisant tourment.


On s’indigne que le Nobel soit attribué à Bob Dylan. Qu’il ait auparavant récompensé la petite musique de Modiano n’avait pourtant scandalisé personne.

vendredi 14 octobre 2016

3090

Installons-nous devant sa trompe, mes sœurs, rien ne tient plus chaud que l’haleine du tamanoir endormi, dit la fourmi pronucléaire.


Si nous avions une troisième jambe, il nous manquerait une chaussette.


(Tout autre chose : j’avais posé une pomme ici, personne ne l’a vue ?)

jeudi 13 octobre 2016

3089

Le bonjour échangé avec le randonneur croisé sur le sentier, avec le vague voisin sur le trottoir, à qui fera-t-on croire qu’il s’agit d’une chaleureuse apostrophe ou d’une réelle considération de chacun pour chacun dans l’espace partagé ? C’est bien plutôt le mot de passe lâché pour éviter la gêne de la confrontation, c’est la mutuelle et tacite esquive, la formule magique qui abolit l’autre.


Où est encore passé l’autre chausson aux pommes ?


Le pianiste aveugle cherche à tâtons les touches blanches parmi les noires.

mercredi 12 octobre 2016

3088

Vous couriez dans les hautes herbes avec les chiens. Vous pêchiez des écrevisses. Des heures ensemble penchés sur des puzzles. Ton vieux copain perdu de vue, que par hasard tu revois, a donc profité de tout ce temps pour devenir antisémite, complotiste, révisionniste. Tu le regardes sans trop y croire. Mais Jojo ne plaisante pas.


le temps s’acharne
encore
sur le cadavre


SUZIE – C’est quoi le contraire des fesses ?

mardi 11 octobre 2016

3087

Le 16 mars 1733, à 11h 26, au large des Sargasses, un poisson en dévora un autre. Nos faits et gestes les plus beaux ne laisseront pas plus de souvenirs. Le monde est une usine de mort que le temps fait tourner. La vie se nourrit d’elle-même et n’a d’autre passion que durer. Nous savons tout cela. Le désespoir devrait nous anéantir. Nous persistons pourtant. Car le temps individuel paraît autre et chacun croit vivre sur une onde solide où son être existe à l’infinitif, au définitif, et n’est pas ce verbe friable qui ne se décline seconde après seconde qu’au passé décomposé.


Le haveneau est la même chose que le havenet qui est la même chose que la bourraque qui est la même chose que le pousseux qui n’est rien d’autre qu’un filet à crevettes.


c’est la dernière fois
qu’il enfile un slip
et il ne le sait pas

lundi 10 octobre 2016

3086

La poussière inlassablement se pose sur la poussière et la couche s’épaissit. Jamais on ne voit pourtant celle-ci s’élever jusqu’au plafond, remplir une maison abandonnée ou un grenier à force. Ni atteindre en somme une épaisseur supérieure à quelques centimètres. Il y a là un mystère. Car si elle a formé une couche de 3 cm, pourquoi pas une autre de 3 cm encore dessus ? Faut-il que la poussière elle-même tombe en poussière et, plus fine encore, s’envole pour se déposer ailleurs ?


– Le vase est tombé et s’est brisé. Par chance, il était vide.
– Par chance ! Mais tout ce vide qu’il contenait se sera répandu au-dehors !


Toi, fossoyeur ou paléontologue, qui exhumeras un jour ma tête, merci de la hocher pour moi avec perplexité.

dimanche 9 octobre 2016

3085

Nous nous sommes croisés par hasard. Il portait un beau costume sombre. Il parut surpris de me voir. Il se rendait à mes obsèques. De toute évidence, j’étais en retard. Un taxi passait justement. Je me jetais dessous.


Le cor de chasse se prend d’ailleurs pour un lasso.


– Et pour son œuvre, il a choisi la crémation ou l’inhumation ?

samedi 8 octobre 2016

3084

Jamais rien dit du saucisson, rien écrit sur le saucisson, pauvre, pauvre saucisson.


Ecriveronne ? Ecrivarienne ? Ecrivinneuse ? Ecrivannière ? Ecrivette ? Ecrivotte ?


De toute évidence, il est fier de son pantalon vert. Alors on ne lui dira rien.

vendredi 7 octobre 2016

3083

Je m’enfonçai en elle et, mon Dieu, on connaît ça, c’était bon. Seulement, alors que je progressais toujours droit devant moi, jouissant de chaque seconde et de chaque centimètre, une bifurcation inattendue se proposa, un coude, une voie de traverse, une galerie transversale.


La curiosité fut la plus forte et, au prix d’une torsion légère du bassin, je m’engageai dans ce conduit et j’éprouvai là de plus vives sensations encore. C’est alors que je parvins à un nouveau carrefour.


Et depuis j’erre, je prends à droite, je prends à gauche, égaré dans ce profond labyrinthe sans espoir de retour.

jeudi 6 octobre 2016

3082

Préoccupé, on le sait, par la condition animale, j’ai décidé de faire par testament don de mon squelette à un invertébré.


Il y a tant de grains de sable qu’il ne doit pas en rester beaucoup qui n’existent pas.


SUZIE (comme je la retiens par la ceinture) – Mais papa, tu me perds du temps !

mercredi 5 octobre 2016

3081

Rien de plus beau que le visage d’une jeune femme penché sur un livre. Rien de plus navrant en conséquence quand on découvre que ce livre est une chose idiote. Au fond de l’église, vous distinguez le saint visage de la Madone, illuminé par son doux sourire. Vous vous approchez, tremblant, déjà vous tombez à genoux : elle berce sur son sein un crapaud mort.


on la sent jusqu’en Provence
l’odeur de lavande
des armoires normandes


Sa vie n’est faite que de joies et de plaisirs, ce qui commence à l’effrayer : il marche vers la mort sans rencontrer d’obstacles.


mardi 4 octobre 2016

3080

Il faudrait pouvoir accélérer la lecture des livres médiocres ou ennuyeux pour en exprimer le potentiel burlesque. Que notre lecture s’emballe et précipite la narration, comme dans les petits films comiques de l’époque du muet.


méchant coup de soleil
pour faire au ciel
un bleu pareil


Suzie s’octroie la plus belle part. Je m’insurge.
– Hé ! Je suis plus grand, plus gros !
– Justement, t’as déjà mangé beaucoup plus que moi !

lundi 3 octobre 2016

3079

Je m’extasiais sur son talent de comédienne, capable de pleurer spontanément, avant de comprendre que ce n’étaient pas de vraies larmes qui coulaient sur son visage mais le sperme de son partenaire, remarquable comédien capable d’éjaculer sur commande.


Les oreilles et le nez ont beau porter des lunettes, ils n’y voient rien.


Il est mort dans le plus complet dénouement.


dimanche 2 octobre 2016

3078

Agathe doit apprendre la Chanson d’automne, de Verlaine. C’est su après une lecture. La mémoire nous est fournie avec quelques connaissances et souvenirs préinscrits, parmi lesquels ce poème.


En prenant une photo, tu épargnes un peu de ton passé pour l’avenir.


l’enfant pleurniche pour un rien
son père est mort
ce matin

samedi 1 octobre 2016

3077

Vêtus de daim et de fourrure comme le parpaing de laine de roche.


Point d’homme libre sans geôlier distrait.


Son chien de garde veille comme sur un manoir sur les chaussures crevées du sans domicile.

vendredi 30 septembre 2016

3076

Il m’aura fallu attendre l’âge de 50 ans pour vivre enfin cet événement que je ne croyais plus possible : qu’une jeune inconnue, dans la rue, se jette dans mes bras.


Or ce n’est pas une, mais dix, mais cent ainsi qui m’embrassent. Au vrai, ces rencontres merveilleuses sont désormais quasi quotidiennes. Et déjà nos lèvres se touchent, souvent je sens contre mon torse rebondir deux jeunes seins folâtres et tendres.


Charme de l’homme mûr sans doute ou juste rétribution de mes talents. Car je refuse d’attribuer leurs étreintes inespérées à la distraction de ces jeunes filles qui marchent tête baissée en consultant leur portable.