vendredi 23 septembre 2016

3069

Des coups frappés à ma porte me tirent du sommeil. Je vais ouvrir : un éléphant ! Il semble surpris en me voyant et s’excuse : – Pardonnez-moi, monsieur, j’ai dû rêver.


Tant de feuilles froissées sur le sol avant de se résoudre à la page blanche de l’hiver.


l’aigle
fait sa ronde
dans ses douves



[Traductions de Choir en espagnol et de L’Œuvre posthume de Thomas Pilaster en roumain]