vendredi 7 octobre 2016

3083

Je m’enfonçai en elle et, mon Dieu, on connaît ça, c’était bon. Seulement, alors que je progressais toujours droit devant moi, jouissant de chaque seconde et de chaque centimètre, une bifurcation inattendue se proposa, un coude, une voie de traverse, une galerie transversale.


La curiosité fut la plus forte et, au prix d’une torsion légère du bassin, je m’engageai dans ce conduit et j’éprouvai là de plus vives sensations encore. C’est alors que je parvins à un nouveau carrefour.


Et depuis j’erre, je prends à droite, je prends à gauche, égaré dans ce profond labyrinthe sans espoir de retour.