jeudi 13 octobre 2016

3089

Le bonjour échangé avec le randonneur croisé sur le sentier, avec le vague voisin sur le trottoir, à qui fera-t-on croire qu’il s’agit d’une chaleureuse apostrophe ou d’une réelle considération de chacun pour chacun dans l’espace partagé ? C’est bien plutôt le mot de passe lâché pour éviter la gêne de la confrontation, c’est la mutuelle et tacite esquive, la formule magique qui abolit l’autre.


Où est encore passé l’autre chausson aux pommes ?


Le pianiste aveugle cherche à tâtons les touches blanches parmi les noires.