lundi 7 novembre 2016

3114

Dernières volontés. À l’organiste dont l’instrument est désaccordé, je fais don de mon orgue. À l’ânier dont la bête est chancelante, je fais don de mon âne.


Comme j’encourais en effet le reproche d’avoir extrait malhonnêtement ses phrases de leur contexte pour m’en moquer, j’en sortis loyalement toutes les autres aussi.


Les hirondelles sont parties – ça libère bien un peu de place pour les migrants, non ?