lundi 26 décembre 2016

3163

C’est toujours une joie et un grand soulagement de le voir raturer ses pages, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’un cochon boueux aurait plus vite fait d’amender son manuscrit.


J’ai fait du latin il y a longtemps moi aussi.


Une fois au moins s’asseoir sur le piano et plaquer des accords sur le tabouret. Et si nous étions agréablement surpris ? Et si nous nous trompions depuis le début ?