mardi 28 mars 2017

3255

Ce jour-là, il m’apparut que les conditions idéales pour mon suicide se trouvaient réunies. Mes affaires étaient en ordre. Mon testament dûment déposé chez le notaire. Puis je venais de mettre le point final à mon roman.


Surtout, les êtres qui me sont le plus chers étaient absents, en visite chez des parents qui sauraient les entourer et atténuer le choc. C’était l’occasion ou jamais.


Or je voulais vivre, moi.