jeudi 10 août 2017

3378

L’homme couvert de poussière qui arriva au pueblo était à demi-mort de soif et d’épuisement. Il avait traversé le désert en marchant à côté de son cheval.
– Ah tiens, oui, je n’y ai pas pensé, répondit-il lorsqu’on lui demanda pourquoi il n’avait pas enfourché l’animal ni bu aux larges outres d’eau suspendues à ses flancs.


C’est une ville dans laquelle il est impossible de se garer. Cette particularité signalée par tous les guides attire énormément de touristes.


Quatre mers baignent les côtes de Sicile, Méditerranéenne, Tyrrhénienne et Ionienne possèdent de splendides littoraux, mais les eaux cornaline de l'Aperolienne, sur le rivage de laquelle s’écoulent lentement mes soirées, ne manquent pas de charme non plus.