lundi 6 novembre 2017

3460

Lorsque je serai vieux, nos actuelles fusées recyclées serviront d’ascenseurs pour gagner nos appartements dans les étages. Il n’y aura plus de place au sol. L’herbe sera si loin de nous, si floue, si incertaine que nos dieux s’y transporteront.


De toute la littérature ne restera qu’un résumé de douze pages dont il existera heureusement de stricts compendiums. Quelques snobs en citeront très approximativement des fragments.


La silette embelovera l’ostrage. Ce sera un souci pour les seuls marves, car les autres s’en moqueront bien : ils posséderont la licence Bôll Intum et seront au-dessus de tout ça. Mieux vaudra rester stoïque car l’œil tombera avec la larme.