lundi 13 novembre 2017

3467

Voici venue l’heure des aveux. Comme l’ont deviné quelques rares lecteurs moins jobards qui se sont courageusement mués en lanceurs d’alerte, l’opération ‘’Autofictif intégral’’ (nom de code : Ultraconfidentiel) n’est qu’une vaste arnaque montée par mes éditeurs et moi-même afin d’abuser l’ingénu visiteur de ce blog et de faire main basse sur ses économies de toute une vie.


Bourrelé de remords, je décide aujourd’hui de parler. L’idée de cette escroquerie a germé dans nos cerveaux – comme la ronce acerbe dans la fange putride – il y a dix années de cela. Jour après jour, patiemment, sans dévier jamais de notre plan diabolique, j’ai ferré le lecteur de passage en lui offrant trois fragments de prose, comme le fit des tuiles pralinées de son toit la sorcière qui convoitait les gigots d’Hansel et Gretel.


Or, après avoir débité ce journal en petits volumes annuels coûteux et redondants, voilà que nous touchons au but : vendre au malheureux prisonnier de ce piège infâme le dixième tome broché avec les neuf premiers en un unique gros ouvrage hors de prix ! Et tandis qu’il maudira sa crédulité en cherchant un dernier sou pour son pain dans la poche trouée du seul caleçon qu’il aura pu soustraire, en s’asseyant dedans, à l’inique réquisition des huissiers, nous nous envolerons, mes éditeurs et moi, riches de tout son or, pour quelque paradis caribéen où nous jouirons sans mesure des plaisirs de la vie. Honte sur nous.