lundi 9 avril 2018

3614

Afin de protester contre les rudes conditions faites à l’écrivain aujourd’hui, la méprisante indifférence économique dans laquelle on le confine et la disparition de ses œuvres au profit de produits frelatés dans les surfaces de vente, j’annonce que je cesserai toute activité et qu’aucun mot ne sortira de ma plume deux jours par semaine jusqu’à la fin du mois de juin si rien ne change (calendrier de la grève consultable sur demande).


Si tu crains suffisamment la mort, peut-être trouveras-tu en toi des ressources pour l’éviter.


Sur ma demande insistante, mon sosie officiel a enfin rasé sa moustache – mais maintenant on dirait Staline.